Articles

Toute personne qui veut des réformes, doit voter oui

La question qui se pose le 4 mars, en plus de savoir si le citoyen est capable de choisir par lui-même, souverainement ses médias, est celle de la volonté réelle de réformer le système. Or ce débat est pour l’instant trop peu abordé. A entendre les différentes parties prenantes, le besoin de réformer et de faire évoluer le modèle actuel est incontesté. La volonté réelle est, et c’est ce qui explique en partie l’existence de l’initiative, bien moins présente que ce qu’il paraît aujourd’hui. Dans les travées du parlement, les réformateurs existent. Dans le secteur des médias, ils se placent malheureusement dans le camp de ceux qui réforment en augmentant les dépenses et la charge de l’Etat. Les autres sont isolés en commission et en plénum.

Au parlement ou en commission, aucune majorité réformatrice ne fut trouvée. Pour soutenir un contre-projet qui voulait diviser la redevance par deux ? Une partie du groupe UDC. Pour soutenir le plafonnement de revenus de la redevance qui reviennent à la SSR, à 1.1 milliard ? Là encore, personne, ou si peu. Des opposants au moment d’accorder le droit à la SSR de faire de la publicité ciblée, et donc de durcir la bataille pour le gâteau publicitaire ? On attend toujours. Une levée des boucliers qui s’oppose à la régie publicitaire Admeira, qui renforce encore un peu plus la toute puissance de la SSR ? La liste des rendez-vous manqués est longue

D’accord sur rien, mais unis contre le changement

Si l’on en croit son récent papier de position, le parti libéral radical souhaite voir les entreprises exemptées de la redevance. Ce même parti qui refuse de voter tout contre-projet, qui refuse d’envisager une baisse des recettes, devrait nous expliquer par qui et comment sera compensée l’exemption des entreprises ? Par les citoyens ? Autre point exigé, le refus de subventionner des médias en ligne. Cette demande, floue, est en contradiction totale avec la prise de position de la Commission fédérale des médias et de bon nombre de politiciens de gauche et du centre qui, toujours ingénieux pour dépenser l’argent du citoyen, semblent désormais s’accorder sur la pertinence d’élargir les subventions à l’ensemble de la branche, presse écrite comprise. On veut arroser plus d’acteurs, tout en promettant que les dépenses baisseront. Ils parlent d’une baisse de la redevance pour les particuliers et d’une exemption pour les entreprises tout en souhaitant augmenter le nombre des bénéficiaires de l’arrosoir de la redevance. C’est contradictoire et promet des lendemains sans réformes, assurément.

On voit mal comment un parlement déjà en désaccord sur la simple direction à suivre en cas de refus de l’initiative, pourrait brusquement se transformer en moteur d’une réforme en profondeur d’un système dépassé et injuste qui nécessite assurément un « reset » pour affronter les changements du XXIe siècle. On ne réforme pas une vache sacrée au sortir d’une victoire du statu-quo dans les urnes. Bien au contraire.

Voter oui c’est donc enfin donner le coup d’envoi des réformes, nécessaires et urgentes, d’un acteur qui s’est trop longtemps reposé sur ses lauriers et qui aujourd’hui, en plus de refuser de présenter un plan B, se permet de dissimuler son plan R, comme réforme. Il l’esquisse tout au plus au travers d’une interview sans l’exposer au débat. Au lieu de la transparence attendue d’une institution censée appartenir aux citoyens, nous avons droit au plan A, comme arrogance. On peint le diable sur la muraille pour éviter les obligations populaires car comme en 2015, il nous faudrait tout d’abord accorder au politique sa victoire dans les urnes pour ensuite voir apparaître les réformes et les discussions promises. Nous savons tous qu’en 2015, cette promesse n’a débouché sur rien. Les citoyens ont le droit de savoir ce qui les attend, ils doivent avoir accès aux détails de ses réformes. Or rien n’a été proposé jusqu’à maintenant !

Ce faisant, chacun est libre de choisir désormais son destin le 4 mars 2018. Celui qui veut garder l’édifice actuel avec l’ensemble de ses défauts, peut légitimement s’opposer à notre initiative. Celui qui préfère l’assurance de réformes, à l’attente patiente de voir des promesses jamais tenues se réaliser subitement, votera oui. Le 4 mars nous pouvons donner la responsabilité aux citoyens de choisir eux-mêmes quel média ils souhaitent soutenir mais en plus, nous pouvons donner la responsabilité à nos élus de réformer un système qui jusqu’à présent semblait intouchable. Ils auront à démontrer cette capacité à réformer qu’ils nous vantent actuellement, au moment d’élaborer la loi d’application.

Nicolas Jutzet

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s